Jérôme Grimonpon, artisan chocolatier

Dossier de Presse

Jérôme Grimonpon : Artisan Chocolatier créateur de Haute-Gourmandise.

(Meilleur Artisan de Belgique)

 

« Son regard pétillant et son talent fou vous rendront complètement… chocolat » !

 

Certes, il est originaire de France et a obtenu son CAP de pâtisserie à Tours, mais depuis lors son parcours l’a profondément transformé en Belge de cœur. En effet, il a commencé par poursuivre ses études dans la capitale de l’Europe (EFP) et y a découvert l’un de nos trésors nationaux : le chocolat ! Ce fut un véritable coup de foudre et vous ne trouverez personne pour le regretter aujourd’hui. Durant 13 ans, il travaille pour une prestigieuse maison, fournisseur de la Cour de Belgique. Ses fonctions de responsable de la production lui donnent l’occasion de parfaire sa formation et de découvrir toutes les facettes du travail délicat et précis du précieux or noir. Il est observateur, consciencieux, apprend à gérer des équipes, évolue et peaufine son sens aigu de la gestion d’une production. En 2012, il décroche le prestigieux titre de Meilleur Artisan de Belgique, qui est l’équivalent du célèbre titre de MOF (Meilleur Ouvrier de France) chez ses compatriotes. Mais surtout, il peut alors accrocher fièrement à son col nos couleurs nationales Noir-Jaune-Rouge ! C’est plus bien qu’une récompense, c’est pour lui une quasi adoption et depuis, il se sent (de son propre aveu) réellement belge. Collectionnant Awards et autres récompenses, Jérôme n’en tire aucun orgueil mais une saine fierté.

 

Si le 13 est vraiment un chiffre porte-bonheur, Jérôme Grimonpon ne pouvait prendre son réel envol à un meilleur moment qu’en 2013, année durant laquelle il ouvre sa première boutique à Uccle et lance sa propre gamme, bien plus par passion que par besoin de reconnaissance ou pour devenir un jour propriétaire de nombreux magasins à travers la planète. Jérôme veut partager sa passion par une pleine expression de sa créativité. Par ailleurs, il se lance un défi : faire (re)découvrir à ses clients la vraie saveur du chocolat sans apport additionnel de sucre, comme « dans le temps ». L’artisan est terriblement attaché à la qualité de son travail, mais pour lui tout part du produit. C’est un crédo, une ligne force, une obsession positive : il faut impérativement que le produit soit roi ! D’ailleurs, vous retrouverez cette puissante simplicité dans ses tablettes. Leur design est extrêmement moderne, très épuré, géométrique… C’est un vrai bonheur de voir la malice du chocolatier quand il vous explique pourquoi les morceaux sont petits d’abord, pour devenir grands ensuite : « quand on casse une tablette de chocolat, on donne les premiers petits morceaux aux autres… puis au fur et à mesure, on devient gourmand et on garde les gros pour soi ». Son amusement est si visible que le léger pli malicieux qui marque le bord de ses yeux est une vraie signature de la personnalité de Jérôme Grimonpon : un pro, passionné par son métier, entrepreneur et entreprenant, responsable et adulte, mais qui a gardé très (mais vraiment très) précieusement son âme d’enfant.

 

Au fil du temps, la petite boutique uccloise devient trop exiguë et il faut réellement envisager de s’agrandir. À vrai dire, depuis un an cette idée était dans l’air. Mais on ne trouve pas un local qui convienne d’un claquement de doigt et c’est finalement en octobre 2018 que Jérôme ouvre les portes de sa toute nouvelle boutique, avenue Coghen. Non seulement la grande salle est lumineuse, vitrée puisqu’en angle… mais il y a aussi un superbe atelier, qui a été aménagé pour permettre au créateur de laisser parler à la fois son inventivité et son souci de l’hygiène et de la perfection parler à l’unisson. Il n’aime pas trop le mot « laboratoire », souvent utilisé dans les métiers de l’alimentation pour évoquer d’emblée une propreté impeccable et une sorte de « science » du travail. Il préfère « atelier » parce que c’est plus proche de l’idée qu’il se fait de l’Artisan et de son métier, réellement amoureux du produit et de ses clients. Mais surtout, cela correspond mieux à son envie de créer un lieu convivial. Pour ce faire, la belle et lumineuse grande salle est meublée avec goût de quelques tables et fauteuils. On n’a qu’une envie : s’y installer et déguster ! C’est exactement ce que cherche le chocolatier. Bien sûr nous sommes à Uccle et pas à Vienne… chez Grimonpon et pas chez Sacher, mais ici le chocolat chaud n’a rien à envier au célèbre salon de thé fréquenté par le Prince de Metternich. On vous y servira avec beaucoup de gentillesse quelques gourmandises, des pralines, un café ou ce fameux chocolat chaud, qui vous enveloppera de douceur. Quelques étagères dévoilent d’attirants produits de la maison, mais c’est le grand comptoir qui trône au milieu de la salle le siège de toutes les tentations. Il est impossible, même aux plus courageux abstinents, de ne pas commencer par dévorer des yeux les multiples pralines, plus jolies les unes que les autres et alignées comme à la troupe. Au moment précis où votre regard aura décidé des quelques-unes qui l’auront particulièrement attiré, commencera un épique combat : résister, céder, céder, résister ? Lait, noir, ganache, aux fruits, carrée, ronde ? Il est bien difficile de faire son choix et c’est sans doute là que les tables prennent toute leur importance. Au lieu d’écouter les petites voix qui s’agitent dans votre tête, installez-vous à l’une ou l’autre, commandez un café ou autre chose… prenez le temps de goûter et de réfléchir. Si Jérôme est là, il se fera non pas un devoir mais un vrai plaisir de vous guider dans vos choix, de vous expliquer ses créations afin que vous puissiez sélectionner celles qui vous apporteront le plus de plaisir. Finalement, que ce soit pour soi-même ou pour offrir… concevoir un ballotin ou garnir une superbe boîte de pralines est un véritable moment de bonheur. Jérôme Grimonpon a conçu l’espace de sa boutique (il n’apprécie pas trop le mot magasin) comme un lieu de vie, un espace convivial où on a envie de s’asseoir, de se poser, de déguster quelques douceurs et pourquoi pas de papoter avec d’autres personnes partageant le goût des chocolats de qualité.

 

L’endroit est accueillant et on ne s’y sent pas d’emblée dans un lieu de vente. Vous penserez que ceci est dit pour la « galerie » … eh bien, non. Certes c’est un magasin et on sait pourquoi on y vient, mais il y ce « petit supplément d’âme » qui donne envie de s’y attarder au lieu d’y prendre juste un ballotin et de tourner les talons. Il y a la gentillesse, le service impeccable et souriant de Tania, bien sûr… mais pas que. En entrant, vous verrez une pièce monumentale : un poulpe en chocolat. Quand vous demandez au jeune créateur pourquoi un poulpe, il répond avec humour qu’il en a vu beaucoup de représentations sur Internet, ce qui lui a donné l’envie d’en réaliser un à son tour. Comme vous le constaterez, c’est plutôt réussi. Mais, ce qui donne à beaucoup l’envie de prolonger leur passage à la boutique est autre chose encore ! En effet, comme dans de nombreux restaurants de qualité, la « cuisine » est ouverte. Nous parlons bien sûr de l’atelier, où vous verrez travailler Jérôme et son équipe. La grande baie vitrée vous donnera presque l’impression de leur donner un coup de main, même si vous resterez privé d’une chose d’importance : le parfum. Ceci étant dit, fidèle à son envie de rendre l’endroit convivial, il n’hésitera sans doute pas et vous invitera à y entrer quelques instants, le temps de vous en raconter un peu plus sur la naissance des petites merveilles qu’il crée pour une clientèle devenue de plus en plus habituée (ou est-ce accro ?). D’incroyables effluves flottent dans l’air de l’atelier, les mains de l’artiste maîtrisent la matière, quelques machines tournent ou broient du chocolat, secouent les tablettes pour qu’elles soient absolument parfaites. Passer un petit moment dans l’antre de la chocolaterie… c’est un peu comme visiter le cockpit d’un Airbus A380 avec le commandant. On s’y sent clairement privilégié et gâté !

Nous parlions plus haut de la créativité de Jérôme Grimonpon. Il faut rappeler ici qu’elle a déjà été primée plusieurs fois et que le jeune créateur collectionne Awards et autres récompenses de prestige. Ce n’est pas tant pour être reconnu que pour prouver que ses idées marquent les esprits de professionnels réputés. Quelques périodes permettent aussi chaque année aux chocolatiers de laisser leur folie douce s’exprimer. Pour Jérôme, il y eut déjà des troncs d’arbres pour Halloween, des outils pour la fête des pères, des pommes d’amour à la Saint-Valentin, des sacs à main, des poissons et même des Manneken Pis noirs, jaunes et rouges.  En ce qui concerne les pralines, elles ne manqueront pas de faire chanter vos papilles ! Il y en a tellement qu’il serait difficile de les évoquer toutes ici. Quelques-unes ont récompensées dans de grands concours, comme Gold en 2012 (praliné avec morceaux de noisettes), Silver en 2015 (gelée de yuzu et ganache au thé Matcha), Belgian Bronze en 2016 (marmelade de figue et ganache au thym) ou encore Detox en 2017 (gelée de cassis et ganache au romarin). Chaque mois le chocolatier crée une sublime praline éphémère, selon son humeur, ses envies ou encore les produits de saison. Elles sont souvent vives et colorées, les saveurs tout autant. Cela n’empêche pas sa gamme d’être très complète et de coller à l’air du temps, ou en tout cas de suivre les demandes d’une clientèle exigeant autant de classiques que de créations plus « osées » : caramels, ganaches, truffes, sans gluten, sans lactose, sans noix ou sésame (quand les chocolats en contiennent, c’est signalé) et même vegan. Chacun y trouvera son bonheur ! Parmi les stars de l’avenue Coghen on trouve aussi (au lait ou noir) des pralines au caramel à la fleur de sel, à la gelée de framboise, des pralinés aux amandes salées ou aux pétales de maïs… Les ganaches sont composées de chocolats venus du Congo ou encore de Papouasie, de Tanzanie… Vous y trouverez du thé vert, du jasmin, des fruits exotiques, du piment d’Espelette, du spéculoos. Les truffes ne manquent pas de caractère : amandes grillées, mousse au chocolat, praliné au sésame. Et il y a bien sûr des orangettes, sans lesquelles Jérôme ne pourrait revendiquer sa nouvelle belgitude ! Il y ajouté les « citronettes » et l’Aphrodite au gingembre confit… Vous trouverez des sprouts d’un beau vert vif, des rochers croquants, des mendiants classiques ou inventifs et même des Melo Cakes remis au goût du jour !

 

Si vous voulez découvrir toutes ces merveilles chocolatées et les partager avec le plus grand nombre afin d’agrandir la tribu des Grimonpon’s addicts, il suffit de vous rendre avenue Coghen, de pousser la porte et de demander Jérôme !

 

P.S. :  Ceci étant un dossier de presse, veuillez considérer que l’invitation dans l’atelier est réservée aux journalistes et que cette partie ne doit pas être publiée dans vos articles. Merci

Site officiel: www.jeromegrimonpon.be

grimonpon03.jpg
grimonpon02.jpeg